Blick Bassy « Akö »

C'est une photographie en Noir et Blanc qui est à l'origine de cet album : une photo de Skip James que Blick Bassy avait punaisé au mur de son studio du Nord-Pas-de-Calais, à coté de celle de sa mère et de Charlie Chaplin. C'est inspiré autant par l'image du légendaire bluesman que par son histoire, qui lui rappelle Mout Iloun, un vieux musicien ambulant, qui parcourait les villages du Cameroun, avec dans ses poches, un tas de chansons sur les histoires de la vie, que Blick Bassy a imaginé ses magnifiques chansons. « Akö », surnom que se donnent les vieux du village entre eux au Cameroun, est un album rempli de sagesse, qui nous plonge dans l'intimité du chanteur. Il chante en bassa, l'un des 260 dialectes du Cameroun (tous aussi menacés les uns que les autres) comme pour faire le lien entre les anciens et les jeunes. Blick Bassy, d'une voix légère qui fait parfois penser à celle de Paul Simon, sur l'album « Graceland » trace un pont entre la Nouvelle-Orléans et le Cameroun. Sa musique il la qualifie lui-même de FAB. C’est l’acronyme de Folk Afro-Blues même si on y trouve aussi du jazz et des musiques traditionnelles.
Après des débuts dans des groupes de fusion et le trop-plein d’arrangements de ses premiers albums, Blick Bassy a épuré son propos et sa musique en a gagné en élégance. Ce n'est d'ailleurs pas une surprise de le retrouver aujourd'hui chez « No Format ». « Akö » est un album de ballade, de mélancolie, et de danse légère. Et accompagné par le violoncelle de Clément Petit, le trombone de Fidel Fourneyron et les samples discrets de Nicolas Repac qui contribuent à poser l'ambiance,
Blick Bassy nous offre un album d'une grande classe.

Blick Bassy - Akö - 2015 - No Format


Aucun commentaire:

Publier un commentaire