Le dernier contingent, A.J. Rudefoucauld

Cette fiction raconte douze semaines épiques dans la vie de six adolescents de treize à dix-sept ans. Douze rounds d'un combat tragique, d'une échappée pas toujours belle, d'un baroud à la vie à la mort où l'émotion transpire à chaque page. Il y a les amitiés indéfectibles, l'amour, la prostitution, la violence, le cynisme du système, les éducs et puis des ados : Marco le circassien et sa petite sœur, Thierry son poto indestructible qu'il ne faut pas énerver, Malid l'intello et Manon coincés entre parkings sordides et "parties fines" en compagnie de la bourgeoisie, Xavier spécialiste en chapardage de b.d. et Sylvie. Ils se croisent pour nous offrir un cocktail détonnant de vies en ébullition dans un crescendo jusqu'au-boutiste où ils vont s'embourber et dont tous ne sortiront pas indemnes. Mais "Never mind the bollocks, here's..." Roman polyphonique à la première personne, rageur, rugueux et âpre contre la société, contre le couple improbable (antinomique ?) du judiciaire et de l'éducatif (et ses acronymes : P.J.J., A.E.P...), contre le monde tel qu'il est pour cette jeunesse en galère. Mais plus qu'une révolte idéologique, c'est une révolte de la douleur. C'est tendu "comme la corde d'un pendu", vif, haletant, écœurant, viscéral, pulsionnel. Ce livre sur l'urgence contemporaine et intemporel est une bombe à fragmentation de l'adolescence sacrifiée par la démission des adultes. Encensé par la critique (Télérama, France Culture, Libé, Le Monde des livres...), Le dernier contingent mérite vraiment le détour. N'hésitez pas, c'est trash mais garantie sans gras.

Rudefoucauld Alain Julien, Le dernier contingent, Editions Tristram Souple, 2013.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire