Matthew E. White « Fresh Blood »

Attention, il ne faut pas toujours se fier à sa première impression. Lorsque j'ai écouté la première fois ce deuxième album de Matthew E. White, je suis complètement passé à côté, il m'a paru ennuyant : trop love, trop propre, trop arrangé. Mais après quelques semaines je me décide tout de même d'y revenir et là, surprise, je découvre un album de soul super classe, super bien léché, avec des arrangements délicieux derrière une simplicité apparente. « Fresh Blood » est le deuxième album de l'Américain après le succès surprise de « Big Inner », aussi bien aux États-Unis qu'en Europe, de Pitchfork aux Inrockuptibles. Un succès d'estime qui lui valut notamment de faire la première partie de la tournée des Mountain Goats. Matthew E. White chante l'amour et il l'assume pleinement comme il le dit dans une interview donné à La Blogothèque : « J’ai toujours défendu l’idée d’écrire des chansons d’amour. C’est quelque chose de facilement critiquable, mais, aussi cliché que ça puisse paraître, c’est le sujet le plus important de la vie. ». Voilà un album qui fait du bien, un album complètement hors du temps, qui est loin d'être aussi si simple qu'il n'y paraît. C'est même sacrément bien foutu, et bien pensé. Et derrière son côté tendre et plein de douceurs, les thèmes abordés sont parfois grave. Comme sur « Holy Molly » où l'Américain raconte l'histoire d'un ami victime d’abus sexuel perpétré à l’Église. Un titre très lent qui met du temps à exploser véritablement, comme une colère intérieur qui explose.

 Matthew E. White - Fresh Blood - Domino Records -2015



Aucun commentaire:

Publier un commentaire